Un vent de nouveauté au Stade Toulousain Rugby Handisport :


Le démarrage d’une nouvelle ère :

C’est à l’occasion d’un stage à Toulouse que l’intronisation de Benoit Labrecque (nouvel entraîneur de la section Quad Rugby), s’est faite auprès du Stade toulousain Rugby Handisport. Fraîchement dépêché de sa contrée suédoise, les joueurs et le Staff étaient enthousiastes à l’idée de rencontrer cet emblématique personnage du Rugy fauteuil international.


L’ensemble de l’équipe a profité de ces premiers instants pour échanger avec lui et apprendre à connaître cet entraîneur que certains avaient déjà pu côtoyer… mais sur le banc d’équipes adverses telles que le Canada, la Suède ou la Suisse. Déterminé à continuer de faire progresser le STRH, Benoit Labrecque a pris le temps d’écouter les joueurs sur leur vision de cette discipline et sur leurs aspirations pour la saison à venir.

Qui dit sport international, dit vocabulaire différent selon l’endroit où l’on pratique. C’est pourquoi, dès le départ, les concepts de base et les qualificatifs des stratégies employées (offensives et défensives) ont été mis à plat, pour s’assurer que tout le monde parle le même langage.

A la fin de cette matinée d’échange, il est apparu très clairement que chacun était à sa place et que cette arrivée était le synonyme du début d’une aventure nouvelle, en quête de performance.

Un logiciel de pensée avant-gardiste :

Fidèle à sa philosophie, Benoît Labrecque est soucieux d’apprendre à connaître ses joueurs. Il souhaite comprendre qui ils sont sur le terrain et en dehors du terrain. Ce stage était donc l’occasion parfaite pour lui de le faire, en alternant les moments de travail et les moments conviviaux.


La première après-midi a servi de temps d’observation. Quelques exercices précis, des petites oppositions, de quoi commencer à appréhender les forces et faiblesses du groupe.

Ce premier temps a également été l’occasion pour Benoît d’observer si le projet de jeu exposé le matin même commençait à être mis en application.


Revenons quelques instants sur ce fameux « projet de jeu ». Disposant d’un arsenal technique très complet, Benoit a souhaité challenger les joueurs en leur demandant de repenser leur façon d’envisager la pratique de ce sport. Pour certains, ces nouvelles consignes ont représenté une remise en question profonde. C’est un rugby fauteuil moderne, à contre-courant des stratégies traditionnelles, qui a provoqué un élan d’enthousiasme et de multiples interrogations. C’est cette effervescence que Benoît recherche lorsqu’il démarre une aventure sportive avec une nouvelle équipe.


Toujours la même ambition : faire progresser pour gagner !


Durant la deuxième matinée de ce stage, Benoît a fait en sorte de varier les temps. Tantôt un exercice classique pour mettre en confiance, tantôt une découverte tactique ou technique pour redynamiser les joueurs. L’idée force est de créer une dynamique sur le terrain et à côté. Les temps de repas et de soirée ont été l’occasion de se rencontrer autrement, de partager ses expériences de vie et de rugby fauteuil.


L’après-midi de la deuxième journée de stage a été dédiée à la mise en place d’un tournoi interne au STRH. 4 équipes ont été établies sur le temps de la journée afin de tester les premiers mouvements importés par Benoît. L’enchaînement des matchs a permis au nouvel entraîneur d’évaluer les automatismes entre certains joueurs et de commencer à appréhender les compositions qu’il pourra utiliser lors des matchs officiels.

Benoît Labrecque a témoigné sa satisfaction à l’issue de ce premier stage, en mettant en avant le potentiel de progression qu’il a observé. Il entend bien se servir de ce bassin important de joueurs, aux compétences variées et complémentaires pour les conduire vers le plus haut niveau.


Dans l’attente de la manche de Nationale 1 à Toulouse (les 18 et 19 décembre 2021), qui représente une véritable occasion de se jauger et d’observer les progrès de ses protégés, des entraînements continueront d’avoir lieu par visio depuis la Suède pour peaufiner les stratégies de jeu.


Rendez-vous à toutes et tous à la MAM de Saint-Orens de Gammeville, le 18 décembre à 17h pour le match de Gala contre Paris !

256 vues