Après 4 mois de disette la section XIII fauteuil du STRH a remporté son 1er match pour le compte de la saison 2015-2016. Dans ce duel de mal classé (Le handisport roannais partageant la queue de peloton avec les toulousains), Toulouse a connu une nouvelle fois une entame délicate avant de prendre le large en 2ème mi-temps.

Un réveil, une nouvelle fois tardif
Après 10 minutes de jeu, il y a comme un air de déjà vu  au gymnase Arnauné. Les toulousains ont raté leur début de partie  et le panneau d’affichage tourne à l’avantage des visiteurs (0-12). C’est une mauvaise habitudes que les joueurs du STRH ont malheureusement pris depuis le début de la saison. Sûrement en manque de confiance les treizistes rouge & noir laissaient donc à Roanne les rênes de ce match « de la peur ». Ragaillardis par cette offrande quelque peu inattendue, les joueurs de la Loire ne se sont pas fait prier pour visiter deux fois la ligne d’en but.
Comme souvent aussi cette saison, il faut le souligner, les toulousains ont souvent répondu du tac au tac. Ce fut une nouvelle fois le cas puisque après 15 minutes de jeu, toulouse met enfin le bleu de chauffe et s’appuie sur un jeu limpide pour perturber la défense de Roanne. 4 essais avant la pause sont venus couronner cette nette domination même si la défense des locaux n’affichait pas des signes de résistance optimale. Mi-temps (24-12).

Toulouse s’affirme enfin
Sur le plan offensif, les protégés de Kyle Rajaona ont confirmé leur bonne dynamique actuelle avec de belles attaques construites. Si elle a pu compter sur ses cadres de jeu, c’est avant tout le collectif qui a permis de gagner ce match. C’est donc à la défense que sont données les mauvais points. Cette dernière est reconnue coupable de sautes de concentration tout à fait évitables (essai en solitaire, mauvais déflagage). Autre point essentiel, les toulousains ont trop souvent laissé des brèches en jouant le flag plus que de bloquer le fauteuil adverse dans un premier temps. Bien que la 2ème mi-temps fut plus accrochée, les toulousains ont pris les devants en concrétisant leurs temps fort et en s’imposant au final assez logiquement 60-34. De quoi respirer enfin.